Stretto di Carta, Dario Tommasello

Le recueil «Ossa di crita» de Massimo Barilla a été inclus, aux côtés d’autres œuvres et écrivains prestigieux, dans la carte littéraire du détroit de Messine dessinée par Dario Tomasello, dans «Stretto di carta», publié dans le série Le città di carta chez Il Palindromo editore.

Dans le chapitre Case basse, Tomasello met notamment en évidence les liens entre les poésies de Massimo Barilla et le monde, le langage du célèbre « Horcynus Orca » de Stefano d’Arrigo.

« Stretto di carta » est le guide littéraire d’une région frontalière et de confluence entre deux mers, deux mondes, entre l’insulaire et le « continental ». Le détroit est un lieu voué à l’écart, au changement, au transit inévitable, à la catastrophe (le tremblement de terre dévastateur de 1908) et à la refondation infinie, entre l’Ouest et l’Est, entre le Nord et le Sud du monde. On peut en discerner les traits caractéristiques à travers le riche répertoire littéraire composé des œuvres des écrivains qui ont fait de cette zone de jonction entre la Sicile et la Calabre un personnage à part entière: de Pascoli, Quasimodo et Cattafi à D’Arrigo, de Bufalino et Consolo aux écrivains contemporains.

Le guide comprend la «Mappa letteraria dello Stretto» (Carte littéraire du détroit) dans laquelle figure «Ossa di crita» sur la côte calabraise avec le vers «Petri ianchi comu la peddi» (pierres blanches comme la peau) extrait du poème «Jornu primuntinu ».

Trouver le livre

Massimo Barilla