quanto resta della

Ce que reste de la nuit
Ce texte est né de la nécessité d’aller au-delà de la nuit pour imaginer un temps dédié à l’amour, pour vivre la maladie comme une guérison, la mort de la mère comme le rapprochement d’un fils à la vie. Par conséquent, il s’agit d’un acte d’amour. « J’aimerai avoir une glace au citron, dit ma mère. Trois heures du matin et tout est fermé. Un fils rentre chez lui après très longtemps et que fait-il ? Que fait-il ? Dit ma mère. Il sort la nuit chercher de la glace au citron pour sa mère. » Dans cette conversation, on trouve le besoin de chaque homme de surmonter les drames, les morts et le contradictions, de chercher une foi, une colline qui soit un lieu de salut, où croire, où demander l’absolution.

L’histoire est une succession de souvenirs qui réveillent la vérité cachée dans le cœur de Pietro, le protagoniste. Des milliers de mots placés en l’espace de trois jours, une via crucis, une mère qui va mourir pour redonner naissance à son fils une deuxième fois. Sur scène, un acteur est assis sur une chaise, immobile, ancré, attaché à l’histoire, cloué, contraint dans cet espace temps pour ne pas distraire le corps de ce qui se passe à l’intérieur, sans aucune issue.

Quanto resta della notte est un cri muet, calme-agité, parsemé de larmes et de remords, un sacrifice nécessaire, un geste extrême en silence. C’est un appel à la conscience, à écouter les autres pour s’abandonner au pardon. C’est une croix à porter, un frère à bercer au fond du cœur, une mère à accompagner jusqu’au dernier pas. Il n’y a donc pas d’échappatoire, pas de place pour la fiction. L’immobilité est elle-même une confrontation extrême avec la vie qui bouge à travers le parler avec les autres qui ne sont personne d’autre que lui-même.

Paola Abenavoli
Paola Abenavolizoomsud.it
voir plusLire la suite
" Encore une fois, Salvatore Arena nous offre bien plus qu'un " spectacle ". Bien plus qu'un exemple de théâtre de narration. Arena ne raconte pas, il est le protagoniste d'un voyage à travers l'âme (...), un voyage dans le temps, pour remettre de l'ordre dans ses souvenirs, pour comprendre ce qu'était sa vie, à la recherche d'un pardon qui, avant tout doit être un pardon de soi. "
Horcynus Festival Reggio Calabria 2020
Horcynus Festival Reggio Calabria 2020strill.it
voir plusLire la suite
" Seul sur scène, assis sur une chaise (...), Salvatore Arena, à travers une interprétation puissante et pressante, a donné voix et corps à un flot de souvenirs douloureux, inexorablement impitoyable ou peut-être finalement généreux (...). "
Salvatore Arena
Salvatore Arenastrill.it
voir plusLire la suite
" C'est une histoire de rédemption que chacun peut trouver à travers le pardon de soi et des autres. C'est l'histoire du retour d'un enfant à sa mère et avant tout d'un voyage intérieur, à la recherche de ce qui révèle le sens profond de tout. "
Paola Abenavoli
Paola Abenavolipaneacquaculture.net
voir plusLire la suite
" L'exemple le plus pur du théâtre de narration dans lequel, cependant, l'acteur n'est pas seulement un narrateur, mais un protagoniste, l'essence même de l'histoire. Celui qui nous emmène dans son monde, dans ses rêves, dans son chemin; qui nous permet de voir avec ses yeux, pour percevoir les sons, les sensations, les nuances des regards; la toile-de-fond, les maisons, voire le brouillard qui accompagne les pas; les arbres dans le vent, la rivière en crue qui apporte mort et douleur. Et il le fait avec sa voix, ses expressions faciales, ses gestes, qui deviennent des outils, un langage, dans un voyage à l'intérieur du personnage, à l'intérieur du pardon. "
Précédent
Suivant